Que de l’eau de condensation apparaisse sur les fenêtres, surtout pendant la saison froide, n’a rien d’inhabituel et ne pose aucun problème à court terme. La situation peut cependant devenir critique si le problème persiste. Mais pourquoi de l’humidité se dépose-t-elle à l’intérieur des fenêtres ? Nous vous proposons d’en expliquer les causes et de vous montrer comment y remédier. Car à long terme, la condensation intérieure a des effets néfastes tant pour la structure du bâtiment que pour votre propre santé.

Comment l’eau de condensation se forme-t-elle ?

La capacité de l’air à absorber de la vapeur d’eau dépend de sa température : plus l’air est chaud, plus la quantité de vapeur d’eau qu’il est capable d’absorber est grande. Lorsqu’il refroidit cependant, cette quantité diminue. Le résultat : l’excès de vapeur passe de l’état gazeux à l’état liquide et se transforme donc en eau. C’est ce que nous voyons sous la forme de buée au point le plus froid d’un élément de construction. Ce phénomène s’observe aussi dans d’autres circonstances de la vie quotidienne : par exemple sur des bouteilles de boisson très fraîches. À température ambiante plus chaude, l’air se condense à la surface du récipient et un film d’eau se forme.

 

 

Pourquoi mes fenêtres s’embuent-elles ?

Ce problème tient souvent à une humidité trop élevée dans la pièce et à un renouvellement insuffisant de l’air. L’air ambiant absorbe l’humidité provenant de diverses sources : plantes, activités ménagères (lessive, cuisine, repassage, etc.) et personnes. Beaucoup d’humidité se crée notamment dans les chambres et les salles de bains. En une nuit, une personne peut rejeter jusqu’à un demi-litre de vapeur d’eau pendant son sommeil. Le risque de condensation au niveau des surfaces froides augmente ainsi avec le taux d’humidité dans l’air ambiant, en particulier sur les vitres et les murs. Afin de réaliser des économies d’énergie, les enveloppes de bâtiment modernes sont isolées jusqu’au maximum technique possible. Cette évolution a mis fin au renouvellement minimal de l’air qui se faisait autrefois à travers les éléments de bâtiment perméables. Si l’on y ajoute une aération insuffisante des pièces d’habitation, le risque de condensation augmente encore.

 

 

Que puis-je faire contre la formation de condensation sur les fenêtres ?

La solution la plus efficace et la plus simple est d’aérer régulièrement : au moins deux à trois fois par jour, idéalement le matin, le midi et le soir. L’air humide est ainsi évacué et remplacé par un air neuf et frais. L’aération régule l’humidité de l’air dans les pièces de vie et de travail tout en assurant un climat intérieur optimal. Pour ce faire, ouvrez toujours les fenêtres en grand afin de créer un courant d’air. Au bout de 2 à 3 minutes seulement, vous aurez entièrement renouvelé l’air intérieur. Pensez aussi à éteindre les radiateurs pendant que vous aérez. En hiver en particulier, ne vous contentez pas de basculer les fenêtres pour aérer, car cela favorise le refroidissement des éléments de construction et des surfaces au niveau des fenêtres, ce qui accélère l’apparition de moisissures. De surcroît, une fenêtre basculée continuellement contribue à gaspiller une énergie de chauffage précieuse. Vérifiez, par ailleurs, régulièrement le taux d’humidité dans votre logement en utilisant un hygromètre. De manière générale, on vise un taux de 40 à 50% d’humidité dans les pièces à vivre et les chambres à coucher. Il est souvent légèrement plus élevé (50-70%) dans la cuisine et la salle de bains. Pour en savoir plus sur les solutions permettant de profiter d’un climat intérieur idéal chez soi, lisez notre article « Bien aérer ».

Quels sont les dangers de la condensation intérieure ?

La condensation intérieure peut provoquer des taches sur les murs et causer le décollement de la tapisserie. Outre ces inconvénients esthétiques, elle a également des conséquences pour la santé. Le mot d’ordre ici s’appelle : Moisissure De minuscules organismes se développent sur les murs humides : bactéries, champignons et acariens. Ils libèrent tous des particules et des substances dans l’air ambiant, non sans conséquences pour les habitants des lieux. Irritation des yeux, de la peau et des voies respiratoires, mais aussi des allergies peuvent apparaître. Les symptômes ressemblent à ceux du rhume des foins.

Que puis-je faire contre la moisissure ?

Pour enlever les moisissures, préférez les remèdes de grand-mères aux produits chimiques qui restent, eux, souvent longtemps dans la pièce et peuvent être nocifs pour la santé. L’alcool éthylique (70-80%) ou l’alcool à brûler sont généralement suffisants pour éliminer les petites taches. L’alcool a, de plus, pour avantage de s’évaporer rapidement après aération. Portez des gants ménagers et un masque respiratoire pendant que vous traitez les moisissures : ils vous permettent d’éviter tout contact direct avec elles et d’inhaler leurs spores. Répétez l’opération jusqu’à ce que la moisissure ait disparu. Il est important, ensuite, de garder la zone nettoyée à l’œil : si la moisissure réapparaît, contacter un spécialiste.

La condensation est-elle toujours mauvaise ?

La réponse est simple : non. En soi, la condensation n’est pas toujours quelque chose de négatif. C’est ce que prouve la condensation extérieure : elle est un effet secondaire, certes peu séduisant, des éléments de construction particulièrement bien isolants. Cette apparition de buée sur une vaste surface vitrée n’est toutefois pas le signe d’une fenêtre défectueuse. Bien au contraire : c’est un signe de qualité qui prouve les excellentes propriétés d’isolation thermique du vitrage. Les éléments de construction bien isolés entraînent une forte différence de température entre l’intérieur et l’extérieur. Alors que la vitre intérieure est presque à la même température que la pièce, la vitre extérieure adopte, elle, la température extérieure. Il peut même arriver qu’elle descende en dessous du point de rosée. Résultat : l’eau condense sur la vitre qui s’embue. Ce phénomène se manifeste principalement tôt le matin et disparaît lorsque l’air se réchauffe. La présence d’eau et d’humidité sur la vitre extérieure de la fenêtre ne pose donc aucun problème hormis celui de nous empêcher de voir à travers !

15.10.2018 2002x gelesen